/6 choses que chaque professionnel RH doit faire pour réussir
RH

6 choses que chaque professionnel RH doit faire pour réussir

« Je suis une personne sociable » et « J’aime aider les autres » sont deux raisons courantes que les professionnels RH donnent pour choisir leur parcours professionnel. Si ce sont d’assez bonnes raisons pour se lancer, elles sont loin d’être suffisantes pour être excellent.

Après plus de 30 ans dans les RH, j’ai quelques réflexions sur ce qu’il faut pour être efficace dans cette profession. Voici donc, dans la tradition de David Letterman, les 6 principales choses que, selon moi, chaque professionnel des RH doit faire pour réussir (dans l’ordre inverse, bien sûr).

6. Soyez flexible. 

Premièrement, soyez assez curieux pour découvrir ce que vous ne savez pas. Il est facile de faire ce que nous sommes à l’aise de faire, mais vous devez apprendre les nouvelles choses qui se produisent en raison du rythme et du volume des changements dans l’ensemble de votre industrie et de votre profession. Consacrez du temps, tant en ligne que par le biais du réseautage, pour découvrir les nouveaux problèmes et les meilleures pratiques que les autres suggèrent pour y faire face. Envisagez de parrainer des réunions de groupes commerciaux et industriels sur le site de votre entreprise pour permettre à votre personnel d’interagir avec d’autres personnes.

Deuxièmement, essayez de nouvelles choses. Le monde change et les politiques statiques que vous avez utilisées dans le passé ont souvent besoin d’être mises à jour. Combien d’entre nous ont des manuels qui contiennent un langage  » à volonté  » ? N’est-ce pas dépassé (vraiment, à quand remonte la dernière fois où vous avez licencié quelqu’un sans raison) ? De même, l’arbitrage obligatoire : Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il y avait tant de procès ? Nous faisons la plupart du temps ce qui a déjà été fait, mais il y a parfois une meilleure façon de faire, et qui de mieux pour suggérer ces choses que les RH ? l’outil mypeopledoc

5. Comprendre les chiffres. 

Vous voulez quelque chose qui coûte de l’argent ? Tout est question de budgets et d’économies, et vous devez vous battre pour obtenir ce dont vous avez besoin. Les responsables RH hésitent souvent à proposer des programmes car ils craignent que ceux-ci ne soient jamais approuvés. J’ai un jour proposé de créer un nouveau système de suivi des candidats et de demander aux candidats d’utiliser 100 ordinateurs dans le centre de recrutement pour saisir directement leurs propres données. Le coût était élevé, mais j’ai pu montrer un retour sur cet investissement qui a permis d’économiser suffisamment en deux ans pour le rembourser. Si je n’avais pas compris la nécessité et la méthodologie d’une analyse standard du retour sur investissement, cet effort n’aurait jamais été approuvé. Nous vivons tous en fonction des budgets, mais cela ne signifie pas que vous devez céder sans utiliser tous les outils disponibles pour argumenter efficacement en faveur de vos idées.

4. Soyez un partenaire à part entière. 

J’entends souvent dire que les RH veulent un siège à « la table ». Devinez quoi ? Vous devez le mériter. Cela signifie que les gens vous voient comme un penseur clair, un bon leader et un homme d’affaires intelligent, tout ce qui est nécessaire pour réussir dans votre carrière. Voici comment :

  • Collaborez avec chaque chef de service individuellement pour apprendre quels sont leurs besoins et ce qu’ils attendent des RH. La collaboration est le meilleur moyen de faire accepter et de mettre en œuvre des idées et des pratiques RH dans votre organisation.
  • Dépensez du temps à travailler dans chaque service, organisez des groupes de discussion, mettez en place des programmes d’essai pour évaluer l’acceptation et la facilité d’utilisation de vos idées, et mettez en place un groupe consultatif pour apporter sa contribution à votre processus de planification.
  • Nommez des responsables de la formation dans les départements, des superviseurs hiérarchiques qui assument la responsabilité de déterminer quelle formation est nécessaire dans leurs domaines, ainsi que le moment et la manière dont la formation doit être présentée, et surveillent la présence et les performances et comportements après la formation.

3. Sortez de votre bureau. 

Sortez de votre bureau plus que vous n’y êtes. Les employés pensent souvent qu’aller voir les  RH s’apparente à aller dans le bureau du principal. Ce n’est pas le cas si vous êtes le genre de responsable RH qui fréquente les lieux de travail de vos employés. Ils deviendront familiers avec vous et plus ouverts à poser des questions, et vous deviendrez plus familier avec le contexte des problèmes que vous devez traiter. En outre :

  • Les employés apprécieront votre présence et les managers seront plus à l’aise avec vos idées. Vous serez bientôt considéré comme faisant partie de l’équipe plutôt que comme la personne des RH qui se cache derrière les politiques. Cela donne aux RH une chance de traiter les questions avant qu’elles ne deviennent des problèmes majeurs.
  • Créez une politique de porte ouverte qui permet aux employés de faire appel des décisions défavorables, ce qui leur permet de poser des questions, d’obtenir des réponses et de développer la confiance dans l’organisation.

2. Prenez des risques. 

La plupart des professionnels RH ont une aversion pour le risque, probablement parce qu’ils ne sont pas encouragés (ou qu’on ne leur fait pas confiance) à prendre des risques. Mais les praticiens qui réussissent comprennent la nécessité de prendre des risques et la valeur qui peut en résulter. Par exemple, j’ai parlé de plusieurs programmes de recrutement alternatifs que j’ai développés. Il s’agissait notamment de collaborer avec les unités antigang de la police et de mettre en place des programmes spéciaux de camp d’entraînement pour les délinquants non violents ayant commis un premier délit, ainsi que de travailler avec des organismes locaux qui offrent des services aux personnes défavorisées. Nous avons également tendu la main à des personnes qui n’auraient jamais pensé avoir l’occasion de travailler pour une grande société de casinos – pas nécessairement parce que nous avions besoin de plus de candidats, mais parce que c’était la bonne chose à faire.

1. Inspirer les autres. 

Le mot que j’utilise le plus souvent pour décrire mon style RH est inspirant. Les professionnels des RH représentent  » les règles « , et trop souvent, nous sommes perçus comme des technocrates ou des stratèges, en quelque sorte déconnectés du monde réel des besoins organisationnels. Bien sûr, cela fait partie du travail, mais plus vous inciterez les autres à comprendre comment et pourquoi les RH sont nécessaires, et comment nous pouvons travailler à leur avantage, plus vous serez un leader reconnu dans votre organisation. Si vous êtes passionné, il y aura de la passion dans votre culture d’entreprise. Dans le cas contraire, il s’agira simplement d’un autre travail pour vous et ceux qui travaillent pour votre organisation. Ce n’est pas amusant, et ce n’est pas le type de leadership dont ont besoin les professionnels RH aujourd’hui.