/Données personnelles : Tout savoir sur vos données personnelles et leur utilisation

Données personnelles : Tout savoir sur vos données personnelles et leur utilisation

Sur Internet, les données personnelles que les utilisateurs donnent gratuitement sont transformées en une denrée précieuse. Les photos de chiots que les gens téléchargent entraînent les machines à être plus intelligentes. Les questions qu’ils posent à Google révèlent les préjugés les plus profonds de l’humanité. Et l’historique de leur localisation indique aux investisseurs quels sont les magasins qui attirent le plus d’acheteurs. Même des activités apparemment anodines, comme rester chez soi et regarder un film, génèrent des montagnes d’informations, des trésors qui seront plus tard récupérés par des entreprises de toutes sortes.

Les données personnelles sont souvent comparées au pétrole – elles alimentent les entreprises les plus rentables d’aujourd’hui, tout comme les combustibles fossiles ont alimenté celles du passé. Mais les consommateurs dont elles sont extraites savent souvent peu de choses sur la quantité d’informations recueillies, sur les personnes qui les consultent et sur leur valeur. Chaque jour, des centaines d’entreprises dont vous ignorez l’existence recueillent des informations sur vous, certaines plus intimes que d’autres. Ces informations peuvent ensuite être transmises à des chercheurs universitaires, à des pirates informatiques, aux forces de l’ordre et à des pays étrangers, ainsi qu’à de nombreuses entreprises qui tentent de vous vendre des produits.

Qu’est-ce qui constitue des « données à caractère personnel » ?

Internet peut sembler être un cauchemar en matière de vie privée, mais ne jetez pas votre smartphone par la fenêtre pour l’instant. Le terme « données à caractère personnel » est assez vague et il est utile de préciser ce qu’il signifie exactement. Les dossiers médicaux, les numéros de sécurité sociale et les coordonnées bancaires constituent les informations les plus sensibles stockées en ligne. Les publications sur les médias sociaux, les données de localisation et les requêtes des moteurs de recherche peuvent également être révélatrices, mais elles sont généralement monétisées d’une manière qui, par exemple, n’est pas celle de votre numéro de carte de crédit. D’autres types de collecte de données entrent dans des catégories distinctes, ce qui peut vous surprendre. Saviez-vous que certaines entreprises analysent la manière unique dont vous tapez et fouillez dans votre smartphone ?

Toutes ces informations sont recueillies sur la base d’un large éventail de consentement : Parfois, les données sont modifiées en toute connaissance de cause, alors que dans d’autres cas, les utilisateurs peuvent ne pas comprendre qu’ils renoncent à quoi que ce soit. Souvent, il est clair que quelque chose est collecté, mais les détails sont cachés ou enfouis dans des contrats de service difficiles à comprendre.

Pensez à ce qui se passe lorsque quelqu’un envoie une fiole de salive. La personne sait qu’elle partage son ADN avec une société de génomique, mais elle peut ne pas se rendre compte qu’il sera revendu à des sociétés pharmaceutiques. De nombreuses applications utilisent votre emplacement pour diffuser des publicités personnalisées, mais elles ne précisent pas nécessairement qu’un fonds spéculatif peut également acheter les données relatives à cet emplacement pour analyser les magasins de détail que vous fréquentez. Quiconque a vu la même publicité pour des chaussures les suivre sur le web sait qu’elles sont suivies, mais il est probable que moins de gens comprennent que les entreprises enregistrent non seulement leurs clics, mais aussi les mouvements exacts de leur souris.

Dans chacun de ces scénarios, l’utilisateur a reçu quelque chose en échange de l’autorisation donnée à une société de monétiser ses données. Ils ont pu découvrir leur ascendance génétique, utiliser une application mobile ou parcourir les dernières tendances en matière de chaussures depuis le confort de leur ordinateur. C’est le même genre d’offre d’aubaine que proposent Facebook et Google. Leurs principaux produits, dont Instagram, Messenger, Gmail et Google Maps, ne coûtent rien. Vous payez avec vos données personnelles, qui sont utilisées pour vous cibler avec des annonces.

Qui achète, vend et échange mes données personnelles ?

Le compromis entre les données que vous donnez et les services que vous obtenez peut ou non valoir la peine, mais une autre race d’entreprises amasse, analyse et vend vos informations sans rien vous donner du tout : les courtiers en données. Ces entreprises compilent des informations à partir de sources accessibles au public, comme les registres de propriété, les licences de mariage et les affaires judiciaires. Elles peuvent également rassembler vos dossiers médicaux, votre historique de navigation, vos connexions aux médias sociaux et vos achats en ligne. Selon votre lieu de résidence, les courtiers en données peuvent même acheter vos informations auprès du département des véhicules automobiles. Vous n’avez pas de permis de conduire ? Les magasins de détail vendent également des informations aux courtiers en données.

Les informations que les courtiers en données recueillent peuvent être inexactes ou périmées. Pourtant, elles peuvent être incroyablement précieuses pour les entreprises, les commerçants, les investisseurs et les particuliers. En fait, on estime que les entreprises ont dépensé à elles seules plus de 19 milliards d’euros en 2019 pour acquérir et analyser des données sur les consommateurs.

Les courtiers en données sont également des ressources précieuses pour les abuseurs et les traqueurs. Le doxing, la pratique consistant à rendre publiques les informations personnelles d’une personne sans son consentement, est souvent rendu possible grâce aux courtiers en données. Bien que vous puissiez supprimer votre compte Facebook relativement facilement, obtenir de ces entreprises qu’elles suppriment vos informations prend du temps, est compliqué et parfois impossible. En fait, le processus est si lourd que vous pouvez payer un service pour le faire en votre nom.

Amasser et vendre vos données de cette manière est parfaitement légal. Si certains pays, ont récemment pris des mesures pour imposer davantage de restrictions aux courtiers en données, ces derniers restent largement non réglementés. La loi sur le crédit équitable dicte comment les informations collectées pour des raisons de crédit, d’emploi et d’assurance peuvent être utilisées, mais certains courtiers en données ont été pris à contourner la loi. En 2012, le site de « recherche de personnes » a conclu un accord pour 800 000 euros, en raison d’accusations d’infraction pour avoir fait de la publicité pour ses produits à des fins telles que la vérification des antécédents professionnels. Et les courtiers en données qui se présentent comme étant plus proches des annuaires téléphoniques numériques n’ont pas à se conformer à la réglementation en premier lieu.

Il existe également peu de lois régissant la manière dont les entreprises de médias sociaux peuvent collecter des données sur leurs utilisateurs. Il n’existe pas de réglementation moderne sur la protection de la vie privée, et le gouvernement peut même légalement demander des données numériques détenues par les entreprises sans mandat dans de nombreuses circonstances (bien que la Cour suprême ait récemment étendu les protections du quatrième amendement à un type étroit de données de localisation).

La bonne nouvelle, c’est que les informations que vous partagez en ligne contribuent à la réserve mondiale de connaissances utiles : Les chercheurs de plusieurs disciplines universitaires étudient les messages des médias sociaux et d’autres données générées par les utilisateurs pour en savoir plus sur l’humanité. Dans son livre, Everybody Lies : Big Data, New Data, and What the Internet Can Tell Us About Who We Really Are, Seth Stephens-Davidowitz soutient qu’il existe de nombreux scénarios où les humains sont plus honnêtes avec des sites comme Google qu’ils ne le sont dans les enquêtes traditionnelles. Par exemple, dit-il, moins de 20 % des gens admettent qu’ils regardent du porno, mais il y a plus de recherches sur Google pour le « porno » que pour la « météo ».

Les données personnelles sont également utilisées par les chercheurs en intelligence artificielle pour former leurs programmes automatisés. Chaque jour, des utilisateurs du monde entier téléchargent des milliards de photos, de vidéos, de textes et de clips audio sur des sites tels que YouTube, Facebook, Instagram et Twitter. Ces médias sont ensuite transmis à des algorithmes d’apprentissage automatique, afin qu’ils puissent apprendre à « voir » ce qui se trouve dans une photo ou déterminer automatiquement si un message enfreint la politique de Facebook en matière de discours haineux. Vos « selfies » rendent littéralement les robots plus intelligents. Félicitations.